Pourquoi acheter une paire de sneaker de créateur : un phénomène de mode urbaine ?

Parfois incontournable, si ce n’est indispensable, détenir une paire de sneaker de créateur s’impose comme une évidence dans un siècle où la mode urbaine est la priorité absolue. Certains ou certaines d’entre vous le savent déjà, la plupart des consommateurs se dirigent vers ce type de baskets luxueuses pour des raisons historiques, et plus précisément pour un questionnement gravitationel autour de la”hype“. Mais qu’est-ce que la “hype” ? C’est à peu près une période éphémère où la moitié de la terre braque les yeux sur vous pour le port de tel ou tels accessoires vestimentaires. Les maitres mondiaux actuelles en la matière sont surement les américains de Suprême, tandis que les Français avaient Colette pour s’arracher les multiples éditions limitées au 213 Rue Saint Honoré. Ces questions diverses nous emmènent aujourd’hui à étudier de plus près le phénomène des sneakers de créateurs, et plus précisément  leur aspect technique, leur qualité, leur “hype“, et leur prix dans une moindre mesure.

1 – Gucci – Modèle Ace

Sensualité, glamour et robustesse … Une trio-thématique dont Gucci s’efforce de suive à la lettre depuis plus de 100 ans. Historiquement, la maison de couture italienne a été fondée dans les sentiers de Florence en 1921 en commençant distinctement à forger de l’habillement et de la maroquinerie pour l’aristocratie nord-italienne et les riches vacanciers de passage. L’enseigne grandie sur le XIXe siècle en développant ses premières gammes autour de la thématique équestre, le mors et l’étrier qui en deviendront même le symbole du logo et de l’emblème après coup. Aujourd’hui, Gucci confectionne des baskets d’une grande qualité avec un savoir-faire d’expert dans l’assemblage des cuirs. Ces éditions de sneaker de créateurs basses, et particulièrement le modèle Ace, s’apparentent d’un cuir blanc de première qualité doublée sur l’intérieure et l’extérieure. La semelle est composée de caoutchouc et de gomme tout en reposant sur une hauteur de 5mm. Un pur produit “Made In Italy” qui s’habille notamment d’un détail emblématique de l’abeille et d’un ruban de fintion vert et rouge dorée.

Disponible sur : Gucci

2 – Alexander Mcqueen – Modèle Oversized

Beaucoup plus juvénile, mais tout aussi avant-gardiste dans son style, Alexander Mcqueen né de la volonté de s’arracher les foudres d’une mode sans limites. Tout juste diplômé de la prestigieuse école de mode londonienne, Saint Martins, le jeune Alexander fera déjà beaucoup parler pour l’époque quand il présente sa collection à sa remise de diplôme. Entre création cinématographique et défilé mêlant mannequinnat et comédien, Alexander Mcqueen a su recréer une thématique “Hitchcokien” en réinterprétant des scènes mythiques de cinéma sur ses défilés. Encore une fois surnommé le “Hooligan anglais” dans le milieu de la mode, ces créations de sneaker affirment leur propre griffe artistique à la fois avant-gardiste et futuriste tout en gardant une petite touche vintage que nous avions à coeur de notifier. Parfois, et même la plupart du temps, la confection de baskets d’une nouvelle ère signe l’avènement d’une édition déjà existante. Petit clin d’oeil à la partie supérieure de la basket qui reprend les caractéristiques des prototypes Stan Smith et autres Nike Grandstand tout en se peaufinant une allure beaucoup plus raffinée. En effet, la basket de Mcqueen “Oversized” est une véritable prouesse créative à majorité constituée de cuir lisse de veau avec une doublure sur l’intérieur. On notera, tout de même, sa semelle compensée élevée sur une hauteur de 4,5 cm ainsi qu’une composition de lacets blancs plats qui n’est pas à déplaire.

Disponible sur : Matches Fashion

3 – Valentino – Modèle Open

Elégance, fluidité et délicatesse … Quoi de mieux que de définir ce label italien comme un contraste entre le noir et le blanc, synonyme de l’ADN de cette maison depuis 1960. Le jeune Valentino, fort d’une qualité de dessin hors-norme et d’une essence irréprochable du crayon, rejoindra les rangs de l’académie Parisienne de la chambre syndicale de couture au 119, rue Réaumur à seulement 17 petites années. Avec une idée en tête de sublimer les courbes et la sensualité des femmes, Valentino lancera sa marque sur l’année 1960 et ces collections apparaitront dans le film “La Dolce Vita” de Federico Fellini. Avec une carrière exponentielle, il ouvrira sa première boutique à Rome puis New York. Aujourd’hui, Valentino regroupe les caractéristiques classiques des sneakers qui se présentent sur le marché des accessoires tendances, types baskets, avec des confections minutieuses et des assemblages de matériaux hautement qualitatifs. On choisira pour notre sélection de sneaker de créateur, un des modèles “best-sellers” nommés Open. Une basket qui ressemble en tout point à la volonté qu’aurait voulu Valentino, des lignes pures, des contrastes bi-colores et un style minimaliste de baskets basses irréprochables. Constituée en partie d’un cuir blanc produit en Italie, cette création regroupe une doublure en cuir sur l’intérieur avec une coloration bizone partant des parties latérales pour atterrir sur le flanc opposé. Les véritables valeurs ajoutées de cette basket de luxe sont l’apparition de clous en forme de pyramide sur la partie basse du talon représentant un petit clin d’oeil à la maison et à la coloration des lacets séparants les deux partis tons sur tons (noir et blanc). Par ailleurs, la semelle extérieure est finie de manière crantée afin d’assurer résistance stable et tenue au sol optimal.

Disponible sur : Macthesfashion

4 – Givenchy – Runners

Au temps de l’aristocratie et du romantisme, la petite histoire de Hubert de Givenchy débute comme un long fleuve tranquille dans les rues du 8e arrondissement Parisien en habillant Katharine Hepburn en ville comme au cinéma. Inconditionnelle admirateur de Balenciaga, le juvénile Hubert né à Beauvais et apprend la couture dans la capitale française avec en ligne de mire, des collections chics et décontractées, mêlant simultanément des coloris tons sur tons “Black & White“. Longuement idolâtrée par de nombreuses icônes internationales pour ces parfums et cosmétiques, Givenchy se lance alors dans la chaussure pour symboliser le culte de l’élégance et le luxe à la française sur des souliers hauts de gamme autour des années 1970. Maintenant, et fort d’un héritage technique “premium“, Hubert a su inculquer des valeurs profondes à l’ensemble de ces collections transmettant ainsi à ces collaborateurs savoir-faire et enthousiasme créatif. Nous avons fait le choix de se positionner sur une basket qui n’a pas fièvre allure. La Givenchy Runners regroupe les attirails techniques d’une sneaker de créateur à la silhouette surdimensionnée, mais à la fois sportivement en place. Sa semelle bicolore en jaune et en noire avec renfort au niveau des crampons ne sera que dimensionner votre silhouette comme il se doit. Sa superposition de matériaux tels que le cuir gris et le mesh noir vous laisseront une impression de contraste affirmé. Lorsqu’on la prend dans son ensemble, cette édition Givenchy Runners est remarquable tout autant pour sa symbiose entre les noirs et jaunes que pour ces détails que seule la boite d’origine vous réservera.

Disponible sur : Matchesfashion

5 – Y-3 Yohji Yamamoto – Modèle Super Knot

Styliste de formation, Yohji Yamamoto prend goût à la couture et au design des vêtements dès ces débuts par l’intermédiaire de sa mère. Après des études de droit réussi avec brillance, Yohji intègre la Bunka Fashion à Tokyo, qui est à l’heure actuelle, la meilleure et la plus ancienne école de mode du pays du soleil levant. Son savoir-faire et sa rayonnance artistique l’emmènera à créer son propre label dès l’année 1971 à Tokyo. Au paroxysme de l’avant gardisme, Yohji Yamamoto s’impose comme un éternel révolutionnaire des tendances mouvantes. Eternel insatisfait et proprement de caractère non médiatique, le créateur japonais entame sa première aventure couturière à Paris en 1981. Un succès sans précédent qui le classera dans les nouveaux talents de la mode. Il réinvente à sa manière le style féminin en laissant planer une élégance mince, tout en confortant une sensualité légère, discrète et parfois à la limite de la mixité. En 2001, l’équipementier allemand et le créateur japonais s’unissent pour dévoiler une ligne, qui deviendra une marque par la suite, de sportswear futuriste chic et élégante. Loin des fournées médiatiques de ce que prône Kanye West dans ces éditions Yeezy, Yohji Yamamoto enrichira les lignes de Adidas sur des souliers de créateurs avec des matériaux surprenants. Que ce soit pour des modèles habillés ou bien des baskets futuristes, le créateur japonais sait nous convaincre dans le bon sens en proposant, notamment l’édition Superknot, une construction similaire aux Superstar mais avec une petite touche plus classe, luxueuse et surtout personnellement unique. Son association des noirs et des blancs est une de ces grandes forces ainsi que la qualité des matériaux utilisés.

Disponible sur : Footshop

6 – Philippe Model – Modèle Tropez

Ancien meilleur ouvrier de France sur la confection de chapelier, Philippe Model fera ses premières classes au côté de Michel Perry en tant que chausseur. Né à Sens en 1956 et illusionniste fins dans l’âme, Philippe Model signera par la suite des oeuvres collaboratives avec des noms tels que Jean Paul Gaultier, Claude Montana et Issey Miyake. Pour lui, la mode et la décoration sont un ensemble où seules la liberté et l’harmonie règnent en maitres mots. Aujourd’hui, l’homme âgé de plus d’une soixantaine d’années affectionne tout particulièrement la légèreté et la simplicité dans ces oeuvres créatives en amenant au même niveau deux ensembles que tout le monde pensait opposés. Il ouvrira sa propre maison en 1981 où la plupart de ces “best-sellers” transiteront entre la décoration, les sacs à dos et les baskets. Légères, quelques fois lumineuse, et particulièrement distinctes, nous avons décidé de vous partager un coup de coeur qu’on retrouve sur ces baskets nommée “Tropez“. Une thématique qui entame sa synergie aux confins fantastiques des côtes azuréennes. Une sneaker de créateur simple, efficace rassemblant des profils de cuir et de daim de haute qualité. Sa semelle de 2,5 cm centimètres vous apportera confort, stabilité, mais surtout résistance dans le temps (pas d’affaissement de la semelle sur la durée). La quasi-totalité des matériaux provient en partie d’Italie tandis que le panel de coloris est juste presque illimité. Du rose, au gris, en passant par le jaune électrique, Philippe Model revisite sa basket en fétiche sous un nouvel angle décoratif à la fois charmant et typiquement personnel.

Disponible sur : Philippe Model

 

Total
5
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Why ask?